Petite histoire de l’écriture

La préhistoire

On appelle préhistoire le temps où les hommes ne savaient pas encore écrire. Ils faisaient des dessins sur les murs. Pour dessiner sur les murs des grottes, ils utilisaient du charbon, ou des roches colorées comme l’ocre.

L’écriture cunéiforme

L’écriture est née dans un ancien pays : la Mésopotamie. Il y a 6000 ans, des marchands ont eu besoin de se souvenir de leurs comptes : ils ont inventé un système leur permettant de noter ce qu’ils avaient. Ils utilisaient un stylet de bois pour graver des points et des bâtons dans de l’argile : c’est l’écriture cunéiforme.

Les hiéroglyphes

En Egypte, d’autres hommes ont inventé une écriture différente, avec des dessins : les hiéroglyphes. Le scribe écrivait sur du papyrus, une sorte de papier fabriqué avec des roseaux, avec un pinceau en roseau et de l’encre.

L’alphabet

Plus tard, les Phéniciens ont simplifié l’écriture en inventant un nouveau système avec moins de signes : l’alphabet. Il y avait 22 consonnes, pas de voyelles.

Puis, les Grecs et ensuite les Romains ont transformé cet alphabet en ajoutant des voyelles. Ecrire est devenu plus facile : on pouvait apprendre en gravant des tablettes de cire

Les livres

Au Moyen-Age, les premiers livres sont apparus, ils étaient écrits à la plume sur des pages de parchemin par les copistes. Puis, Gutenberg a inventé l’imprimerie, qui permet d’imprimer rapidement la même page sur des feuilles de papier. On pouvait ainsi plus facilement fabriquer des livres.

Aujourd’hui

De nos jours, on utilise toujours l’alphabet romain. On peut écrire sur du papier, avec un stylo ou un crayon. On peut aussi écrire sur un ordinateur, un téléphone et une tablette et utiliser une imprimante.


Merci à Marie qui écrit, illustre et partage ces histoires sur Grainesdelivres.fr