Odyssée – 7 – Le chant des sirènes

Ulysse et ses hommes atteignent l’île des Sirènes, dont les chants ensorcèlent les hommes. Elles sont assises près de la côte, entourées des os des hommes que leurs chants ont attirés. Ulysse écrase un morceau de cire et bouche les oreilles de ses hommes et leur ordonne de l’attacher au mât. Quand le navire arrive à portée de voix des sirènes, elles l’aperçoivent et se mettent à chanter.

Viens, grand Ulysse,
Héros au faîte de ta gloire,
Arrête, immobilise ton vaisseau
Et écoute notre histoire douce comme le miel.
Tourne cette noire proue vers le rivage ;
Goûte aux doux délices
De jours et de nuits remplis de magie
Qui ne sont destinés qu’aux héros.
Nous connaissons ton noble passé,
Nous connaissons ce que réserve l’avenir.
Arrête-toi un moment avec nous, et repars ensuite,
Un homme content, un homme plus sage.

Leur voix a tant de charme qu’Ulysse est pris d’un grand désir d’en entendre plus. Il demande à ses hommes de le détacher, mais ils ne peuvent entendre ni ses cris ni le chant.
Quand ils sont en sécurité, les hommes enlèvent la cire de leurs oreilles et détachent Ulysse. Ils se félicitent d’avoir évité le premier danger.

Crédits :
Merci à Emilie pour son adaptation de l’Odyssée à retrouver sur http://mimiclass.eklablog.fr 
Merci à Céline Delacroix pour ses magnifiques illustrations, à retrouver sur : http://celinedelacroix.com