Odyssée – 22 – La fin des prétendants

Ulysse se débarrasse de ses haillons et brandit l’arc et le carquois.
« L’épreuve est terminée, s’écrie-t-il ». Il décoche une flèche à Antinoos qui lui perce la gorge. Les prétendants cherchent des armes au mur, mais Ulysse leur lance un regard noir et crie :« Chiens, vous pensiez que je ne reviendrais jamais de Troie. Maintenant, l’heure de la mort a sonné pour vous ! »

Les hommes blêmissent de peur. Seul Eurymaque trouve la force de parler : « Tout est de la faute d’Antinoos, il est mort maintenant. Épargne le reste d’entre nous et nous parcourrons la campagne, rassemblant des troupeaux de moutons et de l’or pour te dédommager de tout ce que nous avons détruit. »
« Eurymaque, dit Ulysse, même si vous me donniez toutes vos terres, cela ne m’empêcherait pas de vous tuer les uns après les autres, jusqu’à ce que ma vengeance soit complète.»

A ces paroles, le coeur de tous les prétendants tremble.
«Tirez vos épées, mes amis, crie Eurymaque. Ensemble nous le chasserons et nous irons chercher du secours en ville. »
Il bondit sur Ulysse, mais Ulysse décoche une seconde flèche qui lui perce la poitrine. Ensuite, Amphinomos se précipite sur Ulysse, mais Télémaque le frappe par derrière de sa lance. Il court ensuite chercher dans la réserve des boucliers, des lances et des casques pour lui-même et son père. Quand il revient, les morts s’entassent : chaque flèche d’Ulysse en faisait un. Ulysse pose son arc contre une colonne, met son bouclier et son casque, et saisit deux javelots. Puis il massacre tous les prétendants avec son fils.

Ulysse fait le tour de la salle, pour être sûr qu’aucun prétendant ne s’est caché pour échapper à la mort. Puis il envoie sa vieille nourrice dire à Pénélope que son mari est de retour.

Crédits :
Merci à Emilie pour son adaptation de l’Odyssée à retrouver sur http://mimiclass.eklablog.fr 
Merci à Céline Delacroix pour ses magnifiques illustrations, à retrouver sur : http://celinedelacroix.com