Doc – Le raton laveur

Le raton laveur commun est un mammifère omnivore, très commun au Canada et aux États-Unis, régions dont il est originaire.

Carte d’identité

  • Famille : Procyonidés
  • Taille : 60 – 100 cm
  • Poids : 4 à 6 kg
  • Longévité : 6 ans

Reproduction

Dans son logis, la femelle met bas de 1 à 9 petits une fois par an. Les portées des animaux vivant au Nord sont les plus nombreuses. Les petits passent leur premier hiver avec leur mère et ne se dispersent qu’au début de l’été suivant.

Alimentation

Le raton laveur est omnivore : il apprécie les œufs, les insectes, les vers et les petits mammifères comme les mulots mais aussi les noix, les glands. Grâce à son odorat très fin, il trouve des nids d’oiseaux et s’empare des oisillons ou des œufs. Il attrape aussi les grenouilles, les poissons et les mollusques. Parfois, il étrangle une poule dans un poulailler. Il lui arrive souvent de laver soigneusement sa nourriture dans l’eau avant de la manger. Il ressemble alors à une blanchisseuse lavant son linge.

Son nom vient de l’impression qu’il donne de laver ses aliments avant de les manger. Ses pattes sont dotées de cinq doigts avec lesquels il manipule les objets avec dextérité.

le sais-tu ?

Mode de vie

Le jour, il dort habituellement dans un trou d’arbre ou dans un nid de rapaces abandonné. Au crépuscule, il se met en quête dans les arbres et sur le sol ou dans les eaux peu profondes. Le raton laveur est très peu farouche et se sent très bien près des maisons, dans les villes et villages, où il ne cherche pas à se cacher. On le rencontre dans des endroits surprenants, comme Central Park, en plein cœur de New York, où il fait les poubelles.

Habitat

L’habitat privilégié du raton laveur sont les forêts mixtes ou de feuillus des États-Unis et du nord du Mexique. Il a une préférence pour les régions riches en lacs ou en cours d’eau. Aujourd’hui, il est considéré comme une menace pour la biodiversité et a été classé comme espèce invasive et nuisible.

Zoom sur… ses prédateurs

Le principal prédateur du raton laveur est l’homme. À l’époque précolombienne, les amérindiens appréciaient sa chair et sa fourrure. Aujourd’hui, la fourrure du raton laveur a peu de valeur.

Chaque année, deux à quatre millions de ratons laveurs sont tués par les automobilistes ou les chasseurs. Le raton laveur est perçu comme une menace pour les agriculteurs lorsqu’il s’attaque aux vergers, aux œufs, aux champs de maïs, aux greniers ou aux ruches.